La criée - bande noir
Lieuxcommuns

Lieuxcommuns

ligne

Typographies LC

2008

LC_Miedinger versus Licko

LC_Fontana versus Maeda

LC_Albers versus Riley

LC_Vertov versus Judd

LC_Lissitzky versus Brody

Production :
- Ministry of Culture and Communication under the Public Order.
- City of Rennes.



[+TEXT]

Ces cinq typographies naissent d’un travail sur la nouvelle identité graphique de La Criée centre d’art contemporain.

Pour ce projet, notre système de travail interroge l’évolution de ce centre d’art, du «white cube originel» à un lieu qui ne peut plus se définir seulement par un espace d’exposition.

Nous opérons une analogie consanguine en cherchant ce que pouvait être la notion de white cube associé au graphisme. L’Helvetica s’impose.

À la manière du centre d’art qui développe des actions débordant largement des murs de la galerie, la grille typographique, avec pour trame l’Helvetica, devient le terrain d’experiences graphiques contradictoires (versus).

Les typographies créées pour La Criée déconstruisent une réalité pour en figurer une autre, complexe et polymorphe. Leurs noms de baptêmes renvoient à nos madeleines, chimères et fantômes.

Jocelyn Cottencin & Richard Louvet [Lieuxcommuns]


ligne

Identité graphique La Criée

2008

Production :
- Ministry of Culture and Communication under the Public Order.
- City of Rennes.

affiche Ferreira




[+TEXT]

La nouvelle identité graphique de La Criée conçue par Lieuxcommuns accompagne le déploiement du centre d’art en plates-formes de création liées à la recherche, au rayonnement international, à l’inscription territoriale et aux pratiques d’exposition. Le directeur du centre d’art, Larys Frogier, fait référence à plusieurs reprises au philosophe et poète Edouard Glissant, pour évoquer le projet artistique de La Criée. Le lien entre les projets ne réside pas dans l’affirmation d’une sensibilité esthétique unique et homogène, mais davantage selon une volonté de générer des frictions, paradoxes, contradictions nécessaires à la richesse des projets artistiques. Le lien est aussi à trouver dans une exigence de conscience politique inhérent à tout acte artistique, esthétique et institutionnel.

C’est cette richesse de confrontation des propositions plastiques que défend la ligne graphique pour accroître la notoriété du centre au niveau national et international, ainsi que pour améliorer la visibilité locale et de rendre lisible ses nouvelles ambitions artistiques (plate-forme de création).

Le système de travail de Lieuxcommuns interroge l’évolution de La Criée à partir du cube blanc d’exposition, le fameux « White Cube», vers un lieu protéiforme aux extensions multiples selon les activités et les projets du centre d’art.

La priorité a été donnée à la typographie comme un des éléments graphiques déterminants. Lieuxcommuns pense et génère la typographie comme un espace d’expérimentation au même titre que le centre d’art propose différentes formes esthétiques et conceptuelles. Partant de la typographie Helvetica comme trame analogique du « White Cube », Lieuxcommuns développe un terrain d’expériences graphiques inventif, à la manière des actions de La Criée qui débordent largement les murs de la galerie (cf. typographies LC).

La signature de La Criée n’est pas unique, sous forme de logo, mais multiple. Chaque plateforme y possède son identité individuelle. L’identité est pensée en tant qu’ensemble intégrant la confrontation et le contraste comme principe graphique. Deux polices sont utilisées simultanément dans le même mot, l’une de titrage pour les consonnes, l’autre (l’Helvetica Ultra Light) pour les voyelles. Cette dualité permet de mettre en avant simultanément la structure et l’expérimentation, les fondements et la prospective. Le contraste obtenu devient une caractéristique, l’altérité comme principe graphique.

Les 4 signatures et typographies ont donné naissance à 4 signes graphiques : croix, rond, triangle, cube. Résumés visuels de chaque plateforme, ils viennent ponctuer les espaces graphiques, autant dans la papeterie, que dans les outils de communication. Leur simplicité les rend identifiables facilement et crée un dialogue avec les signatures et les typographies auxquelles ils font référence. Les usages de ces signes graphiques sont définis dans le présent document.

Cette base identaire du graphisme propre à La Criée est déclinée ensuite sur:

- l’ensemble de la papeterie du centre d’art (papier à lettre, enveloppes, cartes de correspondance, cartes de visite).

- les outils d’information et de communication : livrets de saison, documents de médiation culturelle, dossiers de presse, cartons d’invitation.

- les affiches dans l’espace public : elles se composent de deux affiches diffusées simultanément dans l’espace public. 1/3 des affiches imprimées concerne uniquement un visuel et un signe graphique : l’artiste invité fait le choix d’un visuel qui sera à la fois l’image de communication de l’exposition mais également l’extension de l’exposition dans l’espace public. Cette image est donc à considérer de manière pleine et entière comme une oeuvre de l’artiste. Le reste des 2/3 des affiches imprimées sont composées exclusivement de textes informatifs exploitant la typographie propre à chaque projet artistique. La place laissée à l’expression typographique dans l’espace public diffuse le texte autant comme une source d’information que comme une image.

- le site internet de La Criée.


ligne

imprimerlignelignerss
La criée - bande noir