La criée - bande noir
Adel Abdessemed

Adel Abdessemed

ligne

Pluie Noire

2006

Marbre noir
51 modules
Dimensions variables

Oeuvre produite pour l’exposition “Practice Zero Tolerance”,
30 juin 2006 - 27 août 2006, La Criée centre d’art contemporain , Rennes ;
Le Plateau Frac Ile-de-France, Paris, 2006

Production
- La Criée centre d’art contemporain, Rennes
- Le Plateau Frac Ile-de-France
- Galerie Kamel Mennour, Paris

Collection Fondation François Pinault, Venise

Courtesy galerie David Zwirner, New York

Adel Abdessemed, "Pluie Noire", 2006. Courtesy galerie David Zwirner, New York. Photo : Marc Domage

Adel Abdessemed, "Pluie Noire", 2006. Courtesy galerie David Zwirner, New York. Photo : Marc Domage Adel Abdessemed, "Pluie Noire", 2006. Courtesy galerie David Zwirner, New York. Photo : Marc Domage Adel Abdessemed, "Pluie Noire", 2006. Courtesy galerie David Zwirner, New York. Photo : Marc Domage


[+TEXTE]

Pluie noire : 51 vrilles en acier agrandies et redimensionnées pour correspondre à différentes tailles de croissance du corps humain, sont sculptées dans du marbre noir. Parfaitement usiné, le marbre fait osciller les tiges des forets entre une finesse extrême à une épaisseur dense et lourde.

Erigées dans l’espace d’exposition, les forets de marbre noir s’organisent en un large carré d’unités paradoxales, à la fois compactes et dispersées, fragiles et consistantes, hétérogènes et solidaires. Le marbre noir, lisse et mat, confère à l’œuvre deux qualités contradictoires, celle d’une sensualité tactile et celle d’une froideur menaçante, comme si une forme érotique s’engendrait à une forme guerrière.

Pluie noire visualise des enjeux de construction du sujet : l’autonomie de l’individu et son inévitable ouverture à l’autre, la participation de l’individu à la collectivité, l’absorption de l’individu et de la collectivité dans un processus de massification concentrationnaire…

Pluie noire autorise également des sauts qualitatifs inhabituels dans l’histoire de l’art : des drapés incarnés des sculptures du Bernin aux modules géométriques minimalistes des années 1960, des colonnes antiques à la Kaaba musulmane, du cube noir de Tony Smith aux objets désagréables de Giacometti…


ligne

Zen

2000

Vidéo couleur
20 mn

oeuvre produite pour l’exposition “Juste au corps”,
16 juin 2000 - 2 septembre 2000

Production
La Criée centre d’art contemporain, Rennes

Courtesy galerie David Zwirner, New York

Adel Abdessemed, "Zen", 2000, vidéo. Courtesy David Zwirner Gallery, New York.

Adel Abdessemed, "Zen", 2000, vidéo. Courtesy David Zwirner Gallery, New York. Adel Abdessemed, "Zen", 2000, vidéo. Courtesy David Zwirner Gallery, New York.


[+TEXTE]

Zen est une action filmée. On y voit un homme noir, torse nu, debout dans un jardin public. Un premier plan en plongée au-dessus du corps dévoile une présence stable et tranquille en attente d’un événement proche. Effectivement, une main, celle de Julie Abdessemed, entre dans le champ de l’image pour déverser une bouteille de lait sur les cheveux, les épaules et le reste du corps de l’homme noir.
Magie de la rencontre et du don : par la présence calme et accueillante de l’homme noir, l’artiste offre, au-delà de son regard, un bien précieux et nourricier, le lait. Entre ta peau et ma peau, l’acte du toucher s’effectue par la caresse liquide du lait blanc. Zen est une œuvre généreuse, humble et brute dans le rapport qu’Adel Abdessemed instaure au vivant. Zen fait se succéder des plans en plongée de cette douche de lait avec des plans frontaux et rapprochés du visage. De ce montage d’images émerge une sensibilité trouble du contact du corps à la matière lactée : beauté extrême des ruissellements du liquide blanc sur les cheveux crépus et sur la peau noire rétive à tout blanchissement ; expressivité du visage réagissant au lait froid déversé sur le corps. Ce qui aurait pu être vécu par l’homme noir comme une agression est reçu tout simplement comme un pacte mutuel de sensations à éprouver.

Larys Frogier, brochure de l’exposition Juste au corps, de la peau au vêtement, Rennes : La Criée centre d’art contemporain, 16 juin - 2 septembre 2000


ligne

The Green Book

2002

Livre d’artiste
52,1X25,5 cm
104 pages
26,30 €

Co-éditions
- La Criée centre d’art contemporain, Rennes
- Centre national d’art et du paysage de Vassivière
- Frac Champagne-Ardenne, Reims
- Frac Haute-Normandie, Sotteville-les-Rouen

- 112 pages





[+TEXTE]

Compilation d’un grand nombre d’hymnes nationaux, sous une couverture camouflage. Chaque page, recto-verso, reprend ces hymnes tel qu’ils ont été écrits par le correspondant étranger de l’artiste : tapé à l’ordinateur ou écrit à la main avec ratures et gribouillis, sur du papier à en tête, sur une carte postale ou sur le premier bout de papier venu. Une manière personnelle de comprendre qu’un hymne national, d’apparence léger, peut aussi devenir, en des temps troublés, nationaliste… Le titre symbolique, The Green Book, semble en contredire l’évidence — pour mieux la contre-balancer ? —, en mettant en avant le vert, couleur de l’espérance, sur un fond imitation camouflage à dominante verte également. Une ambivalence qui rappelle celle de toute nation.


ligne

imprimerlignelignerss
La criée - bande noir

Bio-bibliographie

Adel Abdessemed
Adel Abdessemed

Né en 1971 à Constantine, Algérie.

[+infos]