La criée - bande noir
Lépinay Morgane

Lépinay Morgane

ligne

Rébus... (les choux)

2001

Moulages en plâtre du Penseur de Rodin,
Graphite, mines de crayon
Dimensions variables

Œuvre produite dans le cadre de l’exposition "Echos-Graphies”,
14 septembre 2001 - 26 octobre 2001

Production
La Criée centre d’art contemporain

Collection de l’artiste

Morgane Lépinay Rébus ...(les choux), 2001 photo : Hervé Beurel © Morgane Lépinay

Morgane Lépinay Rébus ...(les choux), 2001 photo : Hervé Beurel © Morgane Lépinay


[+TEXTE]

Rébus...(les choux), 2001 est une installation composée de centaines de petits moulages en plâtre qui reproduisent l’œuvre emblématique d’Auguste Rodin, Le Penseur. Ces sculptures miniatures sont recouvertes de graphite qui leur confère un aspect métallisé, référence à la matière utilisée par les sculpteurs ou aux petits soldats de plomb. De leur tête surgit une mine de crayon à papier, telle une bulle de pensée.

Morgane Lépinay travaille à partir de mots empruntés, d’associations d’idées, d’accumulations de signes. Dans Rébus...(les choux) la pensée se lie à l’écriture. A l’écriture de l’œuvre, comme une mise en abîme du processus de création. La démultiplication des moulages, leur matière concentrée dans un périmètre carré, la couleur du graphite sont une démonstration de l’énergie de la pensée - de la matière grise. Une pensée qui peut parfois être laborieuse comme peut le suggérer avec humour le titre de l’œuvre dans sa référence aux expressions populaires " se prendre le choux " ou " être dans les choux ".

Alexandra Gillet


ligne

Sans titre

2001

Trois poèmes peints sur les murs, graphite.
Dimensions variables

Installation éphémère in situ réalisée dans le cadre de l’exposition "Echos-Graphies”,
14 septembre 2001 - 26 octobre 2001

Production
La Criée centre d’art contemporain, Rennes

Collection de l’artiste



[+TEXTE]

Sans titre, 2001, est constitué d’un ensemble de trois poèmes peints sur les murs et recouverts ensuite de graphite. Ces poèmes sont construits par un assemblage de phrases ou d’extraits de phrases que Morgane Lépinay a sélectionnés dans la presse. Les mots s’assemblent, se confrontent et viennent interroger leur propre valeur, leur propre sens. Détournés de leur contexte d’énonciation, devenus signes plastiques, l’artiste teste la capacité des mots à définir le réel, à exprimer une singularité.

Alexandra Gillet

" L’œuvre prend consistance et sens par effets de contiguïté, additions/soustractions et réassemblages de fragments découpés dans la presse, les expressions populaires et littéraires, réorientées dans une perspective narrative et plastique. L’artiste porte un regard sans complaisance sur une réalité quotidienne et spectaculaire qu’elle retouche [...] Dialectique entre mots, moi et les autres, le geste d’écrire, s’il exprime une singularité contre le général, échappe au récit autobiographique, à la tentation du repli sur soi. Au delà des petits tracas journaliers, l’artiste affirme à couvert une intimité autrement cachée, inavouable, humeurs et manies tenues secrètes, comportements fantasques ou états d’âmes impropres à être révélés. Morgane Lépinay questionne l’ego, l’intime, le corps et pénètre avec sensibilité et sincérité ce qui nous habite. La page blanche serait cet espace permissif où se nouent nos incertitudes, nos doutes et nos contradictions. "

Fanny Poussier, catalogue de l’exposition Echos - Graphies, Rennes : La Criée centre d’art contemporain, 2001


ligne

imprimerlignelignerss
La criée - bande noir

Bio-bibliographie

Lépinay Morgane
Lépinay Morgane

Née en 1975 à Vannes
Vit et travaille à Rennes

[+infos]