La criée - bande noir
Pereira Pedro

Pereira Pedro

ligne

Sans titre (hommage)

2003

Performance
Tapis de 7m2 composé de "pasteis de nata", pâtisseries portugaises disposées au sol à l’entrée de la salle d’exposition du centre d’art

Exposition “Art Envie”,
12 septembre 2003 – 24 octobre 2003

Production La Criée centre d’art contemporain, Rennes

Pedro Pereira, "Sans titre (hommage)", 2003. Vue de l'exposition "Art Envie", La Criée centre d'art contemporain, Rennes. Photo Benoît Mauras.

Pedro Pereira, "Sans titre (hommage)", 2003. Vue de l'exposition "Art Envie", La Criée centre d'art contemporain, Rennes. Photo Benoît Mauras.


[+TEXTE]

Le pasteis de nata est un gâteau typiquement portugais qui existe depuis le XIXème siècle, réalisé avec de la crème fraîche et de la pâte feuilletée. Lors du vernissage de l’exposition Art envie, Pedro Pereira en a recouvert le sol à l’entrée de la galerie sur une surface de 7 m2.

L’art de la pâtisserie est né au Portugal dans les couvents religieux : la recette du pasteis a été confectionnée par les moines de Jeronimos. On comprend alors le geste de l’artiste comme un acte évidemment symbolique, celui du don d’un élément propre à sa culture en signe de bienvenu. Mais ce don demeure très relatif et paradoxal à travers le caractère obligatoire et systématique qu’il revêt, puisque les visiteurs étaient contraints de manger pour pouvoir pénétrer dans l’espace.

Alexandra Gillet


ligne

Sans titre

2003

Brouillons de lettres, cendres, boîtes PVC
18 X 8 cm chaque boîte

Exposition “Art Envie”,
12 septembre 2003 – 24 octobre 2003

Production La Criée centre d’art contemporain, Rennes

Pedro Pereira, "Sans titre", 2003. Vue de l'exposition "Art Envie", 2003, La Criée centre d'art contemporain, Rennes. Photo Benoît Mauras.

Pedro Pereira, "Sans titre", 2003. Vue de l'exposition "Art Envie", 2003, La Criée centre d'art contemporain, Rennes. Photo Benoît Mauras. Pedro Pereira, "Sans titre", 2003. Vue de l'exposition "Art Envie", 2003, La Criée centre d'art contemporain, Rennes. Photo Benoît Mauras.


[+TEXTE]

A son arrivée en France, Pedro Pereira a envoyé, dans un français encore approximatif, de nombreuses lettres de motivation et curriculum vitae dans des entreprises ou institutions. Malgré son parcours et ses études supérieures, toutes ses demandes se sont soldées par des réponses négatives. Sans titre présente 24 brouillons de lettres de demande d’emploi, et en dessous de chaque cadre une petite boîte en plexiglas contenant les cendres du courrier de réponse.

Dans ce travail l’artiste évoque la recherche d’emploi comme une expérience commune et connue de beaucoup, mais surtout la difficulté accrue pour une personne étrangère. Au delà, il pointe également les difficultés d’intégration et de socialisation lorsqu’elles ne passent pas par le travail. Cette situation est révélatrice d’un paradoxe comme le décrit Yves Michaud "même quand on habite le déplacement, on ne peut être de nulle part… dans un monde où coexistent des facteurs de déracinement et de métissage puissants et des facteurs d’enracinement toujours réels."1

Alexandra Gillet

1. Yves Michaud, "Questions sur l’identité en art aujourd’hui : l’universel et le local", Colloque Culture croisées, Institut d’Etudes supérieures des arts, Paris, 1998


ligne

FEL

2003

Trois modules en bois, épices
170 X 122 X 20 cm chaque module

Exposition “Art Envie”,
12 septembre 2003 – 24 octobre 2003

Production La Criée centre d’art contemporain, Rennes

Collection de l’artiste

Pedro Pereira, "FEL", 2003. Vue de l'exposition "Art Envie", 2003, La Criée centre d'art contemporain, Rennes. Photo Benoît Mauras.

Pedro Pereira, "FEL", 2003. Vue de l'exposition "Art Envie", 2003, La Criée centre d'art contemporain, Rennes. Photo Benoît Mauras. Pedro Pereira, "FEL", 2003. Vue de l'exposition "Art Envie", 2003, La Criée centre d'art contemporain, Rennes. Photo Benoît Mauras.


[+TEXTE]

L’œuvre de Pedro Pereira se compose des trois lettres F, E, L, réalisées en volume et recouvertes de pan masala, un mélange d’épices indien. Dispersées dans l’espace, le spectateur en se déplaçant provoque un jeu visuel avec les lettres. Il les déplace, en compose ou décompose le sens, les assemble selon différentes combinaisons ; ainsi " Fel " qui signifie en portugais " amertume ", lu à l’envers " LEF " évoque les initiales de la devise de la France " Liberté, Egalité, Fraternité ".

Selon le dictionnaire portugais / français, le terme fel comprend différentes significations ( fel s.m. 1.fiel, amer ; 2.bile ; encher de fel enfieller ; fazer-se de fel e vinagre se faire de la bile ; ser pomba sem fel n’avoir point de fiel). Ici les référents sensoriels (le goût que laisse dans la bouche un sentiment de déception, l’odeur des épices, leurs couleurs attrayantes, la matérialité de l’objet) sont une manière pour Pedro Pereira de placer au centre de son travail l’expérience sensible et physique de l’œuvre. Le jeu de lettres " FEL ", " LEF " stigmatise cette expérience, ici personnelle, mais néanmoins collective, du déplacement et du déracinement, avec tout ce que ça implique d’espoir, de nouveauté, de curiosité, et la confrontation à une réalité éloignée des grandes déclarations d’intention.

Alexandra Gillet


ligne

imprimerlignelignerss
La criée - bande noir

Bio-bibliographie

Pereira Pedro
Pereira Pedro

Né en 1969 à Lisbonne
Vit et travaille à Rennes

[+infos]