La criée - bande noir
Villard Emmanuelle

Villard Emmanuelle

ligne

Peintures série n°66 / série n°166

2001

n°66.10
Acrylique sur toile
40x40 cm
Collection privée

n°66.11
Acrylique sur toile
50x50 cm

n°66.12
Acrylique sur toile
80x80 cm
Collection privée

n°66.16
Acrylique sur toile
40x40 cm
Collection privée

n°66.17
Acrylique sur toile
40x40 cm

n°66.23
Acrylique sur toile
80x80 cm
Collection privée

n°66.24
Acrylique sur toile
60x60 cm
Collection privée

n°66.26
Acrylique sur toile
60x60 cm
Collection de l’artiste

n°66.29
Acrylique sur toile
40x40 cm
Collection privée

n°66.41
Acrylique sur toile
80x80 cm

n°66.42
Acrylique sur toile
100x100 cm
Collection privée

n°66.44
Acrylique sur toile
40x40 cm

n°65.45
Acrylique sur toile
60x60 cm

n°106.104
Acrylique sur toile
12x16 cm
Collection privée

n°106.105
Acrylique sur toile
12x16 cm
Collection privée

n°106.108
Acrylique sur toile
14x18 cm
Collection privée

n°106.111
Acrylique sur toile
14x18 cm
Collection de l’artiste

n°106.112
Acrylique sur toile
14x18 cm
Collection privée

n°106.113
Acrylique sur toile
14x18 cm
Collection privée

n°106.118
Acrylique sur toile
16x22 cm
Collection privée

Oeuvre produite pour l’exposition “Emmanuelle Villard ”,
17 janvier - 1 mars 2002

Production
La Criée centre d’art contemporain, Rennes

Vues de l'exposition Emmanuelle Villard , La Criée centre d'art contemporain © E. Villard photo : Marc Domage_Tutti

Vues de l'exposition Emmanuelle Villard , La Criée centre d'art contemporain © E. Villard photo : Marc Domage_Tutti Emmanuelle Villard, N° 106.105, photo : Marc Domage_Tutti


[+TEXTE]

"Partant d’une première cuisine qui consiste à mélanger peinture et résine acryliques, l’artiste entreprend différentes procédures d’investissement de la toile : alignement méticuleux de gouttelettes de peinture au moyen d’une pipette, étalement de « rubans » de couleur sinueux, tramage de la toile de « filets » de peinture, superposition et coagulation des couleurs en « pâtés »... La gestuelle d’étalement ou d’égouttement de la peinture est rigoureusement pensée par l’artiste au sein de son atelier. Parfois, la peinture est soumise à des contraintes particulières, comme l’enfermement de la toile fraîchement peinte dans un film plastique qui est ensuite troué par endroits au moyen d’une aiguille, laissant émerger des cloques d’air et des boursouflures de peinture. Le processus pictural n’est pourtant jamais totalement contrôlé. Il faut aussi laisser faire la peinture selon sa qualité de séchage, de fluidité, de coagulation, de glissement. Le travail s’élabore longuement, en fonction des capacités de la matière à être ingérée, délimitée ou repoussée par une autre, d’outils et de gestes déterminés dans l’atelier. C’est dans cet entre-deux du faire et du laisser réagir la peinture que l’œuvre acquiert une forme et une signifiance ouvertes."

Larys Frogier , extrait du communiqué de presse de l’exposition Emmanuelle Villard, La Criée centre d’art contemporain, 17 janvier - 1 mars 2002

"Avec la peinture d’Emmanuelle Villard, il ne s’agit plus de figurer nécessairement un corps féminin / féministe, mais de jouer, sur toute la surface de la toile, d’effets de strates et de matières faisant résonance avec la chair. La féminité assumée dans son œuvre constitue donc une stratégie d’infiltration dans la peinture et de son histoire, ainsi qu’une stratégie de séduction efficace et subversive de l’œil. Il ne s’agit pas simplement de faire joli et racoleur, mais de répéter et d’explorer jusqu’au bout les attributs d’un genre soit disant féminin. A tel point que cette répétition en vient à désamorcer un double mythe : celui de la féminité comme simple enveloppe extérieure et celui de la peinture comme seule surface plane ; ces deux mythes ayant pour fonction de produire un fétiche absolument destiné au plaisir scopique. Le féminin à l’œuvre chez Emmanuelle Villard procède d’un feuilletage de la peinture, d’une mise en plis du tableau par strates épaisses, maillages subtils, pelliculages artificiels, pailletages de couleurs vernissées. Ce feuilletage autorise ainsi les interstices, les glissements de matière et de sens. Le devenir féminin de la peinture est définitivement cet acte de détournement et de transformation du regard.(...)"

Larys Frogier, extrait du catalogue de l’exposition Emmanuelle Villard, Rennes : La Criée centre d’art contemporain, 2001


ligne

imprimerlignelignerss
La criée - bande noir

Bio-bibliographie

Villard Emmanuelle
Villard Emmanuelle

Née en 1970 à Montpellier
Vit et travaille à Paris

[+infos]

Liens Internet

http://www.emmanuellevillard.com