La criée - bande noir
Laâbissi Latifa

Laâbissi Latifa

ligne

HABITER

2007

5-9 mars 2007
Solos de danse chez des habitants / réalisation de films
Chorégraphe : Latifa Laâbissi
Photographies : Jocelyn Cottencin
Vidéos : Sophie Laly

16-21 avril 2007
Séances de visionnage chez des habitants

20 avril - 3 juin 2007
"I Hear Voices "
Installation à La Criée centre d’art contemporain
Conception et mise en scène : Nadia Lauro.
Musique : Boris Hauf.
Production : Megagloss.

Production de la manifestation "Habiter"
- 391, Rennes
- La Criée centre d’art contemporain, Rennes
- Station Mobile, Rennes

Avec la collaboration de l’Ecole des Beaux-Arts de Rennes et de l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Bretagne.
Avec le soutien du TNT - manufacture de chaussures, Bordeaux

Latifa Laâbissi, "Habiter", 2007. Photo Jocelyn Cottencin.

Latifa Laâbissi, "Habiter", 2007. Photo Jocelyn Cottencin. Vue de l'installation de Nadia Lauro "I hear voices" dans le cadre du projet "Latifa Laâbissi : Habiter", 2007. Photo Benoît Mauras. Vue de l'installation de Nadia Lauro "I hear voices" dans le cadre du projet "Latifa Laâbissi : Habiter", 2007. Photo Benoît Mauras. Vue de l'installation de Nadia Lauro "I hear voices" dans le cadre du projet "Latifa Laâbissi : Habiter", 2007. Photo Benoît Mauras.


[+TEXTE]

Latifa Laâbissi, chorégraphe, propose un solo dans un espace quotidien, ou plus précisément chez les habitants d’une ville. Elle a mis en place un protocole. Après un repérage, une dérive dans la ville, elle diffuse une petite annonce dans les journaux locaux et sur des panneaux prévus à cet effet dans quelques magasins :
« Artiste chorégraphe recherche un habitant qui accepterait d’accueillir chez lui un projet de danse. La proposition est gratuite et nécessite 2 heures de disponibilité. Pour plus de renseignements, vous pouvez contacter le 06 .. .. .. .. »

Suite à une première rencontre téléphonique, lors de laquelle elle décrit son intention et sa manière de procéder, Latifa Laâbissi se rend chez l’hôte de sa danse. Après un échange et une visite de l’habitation, elle définit l’espace où le solo s’inscrira (la salle à manger, un couloir, la cuisine). En ce temps, elle observe la manière qu’a son hôte d’ouvrir son intimité, sa « maison », son « chez lui » à un étranger et de lui céder un espace pour le recevoir. Sans rien changer à son agencement, elle s’attarde alors dans cet espace, l’investit. Elle laisse à son hôte le soin de décider d’assister ou non au déploiement de sa proposition.

Latifa Laâbissi est accompagnée de Sophie Laly, vidéaste et de Jocelyn Cottencin, artiste et graphiste. Les films et les photographies réalisés constituent la matière pour la suite du projet : des séances de visionnage des films chez certains des habitants, pour les regarder ensemble, c’est-à-dire une rencontre entre l’équipe artistique, les habitants et leurs invités, un moment commun et une discussion autour de cette expérience. Le cadrage est un plan fixe sur un espace et ses objets dans lequel la chorégraphe rentre pour un solo d’une durée de 10 min. Une fois terminé, elle disparaît dans le hors-champ.

Danser chez quelqu’un, filmer cette danse, pénétrer l’espace de l’autre engendre une variété des comportements. Du partage de l’intime au sentiment d’intrusion, à l’étonnement, la chorégraphe rencontre l’autre et sa manière d’arranger son lieu de vie. Sa gestuelle qui rompt les figures quotidiennes de ces lieux, son statut d’étrangère, suscitent chez ses hôtes des récits singuliers dans lesquels chacun s’invente et à laquelle se joint leur idée de la danse. Cette invitation peut créer des petits états de chocs, des silences. L’hôte est témoin de cet usage nouveau de son propre espace et du déplacement de ses attributions habituelles ; différentes couches de son réel s’y entremêlent : évocations, projections, fictions, souvenirs.

Pour Habiter à Rennes, Latifa Laâbissi invite la scénographe et artiste visuelle Nadia Lauro à concevoir un espace pour La Criée, I Hear Voices, qui deviendra un potentiel de fiction, un espace à habiter par le public. Latifa Laâbissi pense également ce projet avec des architectes et des théoriciens.

I Hear Voices est une sorte de paysage en fourrure avec un environnement sonore, à investir durant toute la durée de l’exposition. C’est un espace immersif, entre « jardin mental » et « salle d’échauffement pour public », qui est scénarisé de façon spécifique pour généner des manières de voir et d’être ensemble inédites.


ligne

imprimerlignelignerss
La criée - bande noir

Dossiers

Document visiteur - Habiter - Latifa Laâbissi

Laâbissi Latifa

[+infos]
__

Liens Internet

http://figureproject.com