La criée - bande noir

Pica Amalia

Pica Amalia


One Thing After Another

One Thing After Another

5 juin 2014 au 17 août 2014

Amalia Pica, " Memorial for intersections #2 " (détail), 2013. Courtesy Stigter van Doesburg, Amsterdam ; Herald St., Londres ; Johann Koenig, Berlin ; Marc Foxx, Los Angeles. Photo : Bruno Lopes

Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste argentine Amalia Pica prolonge un projet initié au musée Tamayo de Mexico à l’été 2013.
À La Criée elle joue avec l’espace et présente un ensemble de sculptures ainsi qu’un film inédits, à travers lesquels elle poursuit son exploration à la fois formelle et politique de la théorie mathématique des ensembles.
Les œuvres de Pica évoquent les systèmes d’échanges, de transmission et de réception de l’information, en même temps qu’elles proposent une relecture des avant-gardes et de l’abstraction.

La question de la communication, de l’énonciation et de la nature performative du langage - verbal ou non - est l’un des centres d’intérêts principaux de l’artiste, qui en explore les systèmes et fonctionnements. Au travers de la sculpture, la photographie, l’installation, la performance ou encore de la vidéo, son travail s’attache à définir des codes communicationnels qui nous seraient communs, au-delà des barrières du langage.

En 2011, Amalia Pica présente à la 54ème biennale de Venise Venn Diagrams (under the spotlight), une projection lumineuse de deux cercles colorés, qui s’inspire de la théorie des ensembles éponyme, utilisée pour définir les relations logico-mathématiques d’inclusion et d’exclusion.
La référence aux diagrammes de Venn a une résonance particulière pour l’artiste dans la mesure où ceux-ci étaient bannis des programmes scolaires sous la dictature argentine (1976-1983), jugés subversifs en raison de leur potentielle capacité à initier les dynamiques de groupes et les modes de collaboration. L’œuvre met ainsi en avant la dimension politique inhérente aux échanges d’informations.

À partir de 2013, tout d’abord au Musée Tamayo de Mexico avec l’exposition A∩B∩C, puis à la galerie Herald St. à Londres, la Kunsthalle de Lisbonne, au Van Abbemuseum d’Eindhoven et aujourd’hui à La Criée à Rennes, Amalia Pica rejoue les enjeux soulevés par les diagrammes de Venn.
Pour A∩B∩C, Amalia avait disposé le long des murs des formes géométriques colorées en plexiglas. Régulièrement, des performeurs venaient activer l’exposition : ils se saisissaient de ces éléments, se réunissaient au centre de l’espace, composaient une figure où les formes se combinaient, avant d’aller les reposer, puis de recommencer.

Des photographies et un film ont été réalisés à partir de ces performances. C’est ce dernier qui est présenté à La Criée, au côté d’un ensemble de sculptures spécialement produites pour l’occasion.
Réalisé en collaboration avec le cinéaste mexicain Rafael Ortega, le film montre les formes au repos, puis leur activation par les gestes lents des performeurs, enfin la façon dont ces derniers les conjuguent, formant à chaque fois une « phrase » nouvelle. Comme pour tenter de démarrer au point d’ancrage (l’intersection), la double projection débute par des gros-plans si rapprochés des formes géométriques que le récit semble très abstrait, puis lentement il dévoile la performance à mesure que le champ s’élargit.

Les sculptures - des structures en métal auxquelles sont suspendus les mêmes éléments géométriques en plexiglas coloré - sont des « mémoriaux » des différentes compositions formées par les performeurs dans le film. Énoncés visuels qui agissent comme les « fixateurs » du moment où les éléments se sont rencontrés, elles composent autant d’interprétations ou de récits possibles. Cette série de sculptures synthétise par ailleurs de nombreux éléments de l’histoire de la sculpture abstraite, du minimalisme au cinétisme, en passant par le constructivisme.

L’exposition d’Amalia Pica à La Criée propose un récit sans parole. Ce récit est une invitation à réfléchir à la construction, à la composition et à l’efficacité même de tout récit et de tout langage, une sémiotique plastique en somme.


Commissariat : Sophie Kaplan
Production : La Criée centre d’art contemporain, avec le soutien de la galerie Stigter van Doesburg, Amsterdam


imprimerlignelignerss
La criée - bande noir

Bio-bibliographie


Amalia Pica est née à Neuquén, en Argentine, en 1978

Elle vit et travaille à Londres

[+infos]
__

œuvres

Similama
Similama
Pica Amalia
2014 sculpture acier laqué, Perspex colorés Dimensions variables Courtesy Amalia Pica ; (...)
[+infos]
__
Remoromi
Remoromi
Pica Amalia
2014 sculpture acier laqué, Perspex colorés Dimensions variables Courtesy Amalia Pica ; (...)
[+infos]
__
Mirediro
Mirediro
Pica Amalia
2014 sculpture acier laqué, Perspex colorés Dimensions variables Courtesy Amalia Pica ; (...)
[+infos]
__
Maremila
Maremila
Pica Amalia
2014 sculpture acier laqué, Perspex colorés Dimensions variables Courtesy Amalia Pica ; (...)
[+infos]
__

Dossiers

Doc visiteur Amalia Pica

Doc visiteur Amalia Pica
Pica Amalia

[+infos]
__

DOSSIER DE PRESSE - ONE THING AFTER ANOTHER - AMALIA PICA

DOSSIER DE PRESSE - ONE THING AFTER ANOTHER - AMALIA PICA
Pica Amalia

[+infos]
__

Liens

http://www.stigtervandoesburg.com/artists/amalia-pica
http://www.marcfoxx.com/artists/2921
http://www.johannkoenig.de/99/amalia_pica/selected_works.html
http://www.heraldst.com/artists/pica/0612pica/pica.html