La criée - bande noir

Peinture (s)

Lestrat Yann /

2005

Peinture n°24
Impression Lambda sous réseau lenticulaire, sur dibon, diptyque
120 x 215 cm l’ensemble

Peinture n°25
Impression Lambda sous réseau lenticulaire, sur dibon, diptyque
120 x 215 cm l’ensemble

Peinture n°26
Impression Lambda sous réseau lenticulaire, sur dibon, diptyque
120 x 215 cm l’ensemble

Peinture n°27
Impression Lambda sous réseau lenticulaire, sur dibon, diptyque
120 x 215 cm l’ensemble

Peinture n°29
Tubes fluorescents, élastiques de couleur
Dimensions de l’espace : L 1750 x l 771 x h 875 cm

Peinture n°30
Tubes fluorescents, élastiques de couleur
Dimensions de l’espace : L 323 x l 771 x h 463 cm

Œuvre produite dans le cadre de l’exposition "Yann Lestrat”,
28 janvier 2005 - 13 mars 2005

Production La Criée centre d’art contemporain, Rennes

Collection de l’artiste

Vue de l'exposition "Yann Lestrat", 2005. Photo Benoît Mauras.

Si Yann Lestrat produit des oeuvres qui peuvent exister de manière tout à fait autonome, indépendament les unes des autres, il a néanmoins abordé les salles du centre d’art comme un unique espace de perception. Ainsi, l’ensemble des oeuvres présentées à l’occasion de l’exposition formait une vaste installation, composée par une série de quatre diptyques et par des fils de couleurs tendus du sol au plafond et baignés d’une lumière intense (peinture n°29 et peinture n°30). Tels des paysages abstraits, les diptyques sont composés de bandes verticales qui apparaissent en relief et en mouvement grâce à la technique de l’image sous réseau lenticulaire. Afin de réaliser ses peintures, Yann Lestrat se réapproprie et détourne avec humour cette technique habituellement utilisée pour produire des cartes de visite ou des images offertes dans les paquets de céréales. Il s’agit d’un dispositif optique qui juxtapose une série de lentilles et permet d’obtenir la vision en relief d’une image différente selon l’angle sous lequel on la regarde.Les images composées sur ordinateur sont codées pour être entrelacées en une image unique, qui est imprimée à la plus haute résolution possible. Le tirage est ensuite placé derrière le réseau lenticulaire, avec un parallélisme parfait par rapport au sens des lentilles.
Ce procédé montre à quel à point l’artiste est attaché à la perfection technique et esthétique de ces oeuvres, ayant recours pour cela aux sciences et aux technologies de pointe.
Les fils forment quant à eux une peinture dans l’espace en se juxtaposant/superposant selon d’inombrables combinaisons avec les diptyques et les murs, dont l’un laissé immaculé, forme une toile de fond pour les compositions abstraites qui se crééent dans le champ visuel du spectateur au grés de sa déambulation. L’atmosphère contemplative qui se dégage de ce dispositif et la résonnance des éléments entre eux pour créer une nouvelle dynamique, ne sont pas loin de la philosophie orientale telle qu’elle s’exprime par exemple dans l’art du jardin japonais.

Le recours à l’abstraction formelle dans ces oeuvres n’implique en aucun cas une abstraction des préoccupations du réel. Yann Lestrat met à l’épreuve la perception que nous avons de notre environnement en la perturbant par la résonnances des éléments, le mouvement des images ou encore la lumière intense. L’artiste entend ainsi révéler les troubles engendrés par nos systèmes de perception prédéfinis et par les structures normatives de notre société. L’expérience sensible éprouvée face à ces oeuvres rejoint également la réflexion sur la notion d’équilibre psychique, individuel ou collectif, menée par Yann Lestrat dans l’ensemble de son travail.

Vue de l'exposition "Yann Lestrat", 2005. Photo Benoît Mauras. Vue de l'exposition "Yann Lestrat", 2005. Photo Yann Lestrat. Vue de l'exposition "Yann Lestrat", 2005. Photo Yann Lestrat. Vue de l'exposition "Yann Lestrat", 2005. Photo Benoît Mauras. Vue de l'exposition "Yann Lestrat", 2005. Photo Benoît Mauras.

ligne

Médium : peinture

imprimerlignelignerss
La criée - bande noir